Plume de presse

Le blog sabre-au-clair d'un journaliste engagé

29 janvier 2007

La vidéo de l’Homme sur la Lune perdue par la NASA !

buzz_with_flagLes images de Neil Armstrong marchant sur la Lune, vues par le monde entier, ne sont qu’une copie de très mauvaise qualité de la vidéo originale. Heureusement, un enregistrement en a été fait, qui restitue l’événement de façon visuellement bien meilleure. Mais problème : la Nasa en a perdu les bandes !

Le 20 juillet 1969 à 22 h. 50 exactement, quand le module Eagle atterrit sur la Lune et que sa trappe s’ouvre, les yeux du monde entier sont braqués sur l’astronaute Neil Armstrong. Mais jusqu’à ce moment précis, au Centre de contrôle de Houston, un certainlostinspace8 Stan Lebar vit la pire angoisse de toute sa vie… Jeune ingénieur prodige chez Westinghouse, il a en effet été chargé de mettre au point la caméra devant retransmettre en direct l’événement le plus important du vingtième siècle : les premiers pas de l’Homme sur la Lune. Parce que le but de la mission Apollo 11, plus qu’envoyer un astronaute sur le satellite terrestre, est surtout d’assurer la diffusion télévisée du spectacle, que le monde entier le voie. Notamment les Soviétiques, qui ont initié la conquête de l’espace avec le lancement en 1957 de Spoutnik. Et pour le cas où la liaison vidéo entre Apollo et Houston échouerait, c’est justement à Stan Lebar d’agir : il devra tourner la caméra vers lui et présenter ses excuses à un demi milliard de téléspectateurs ! On comprend son inquiétude, d’autant que tout un tas de raisons pourraient empêcher les images de parvenir à la Terre, tant le défi technologique de la mise au point de la caméra et le système mis en place pour assurer la diffusion sont complexes. Il a d’abord fallu que l’appareil puisse supporter la force de gravité du décollage et de l’atterrissage, et ensuite qu’il fonctionne malgré l’absence presque totale de gravité lunaire. Mais il ne s’agit là que d’une petite partie du problème : la place traditionnellement dévolue à la vidéo, dans le spectre des ondes émises depuis la Lune jusqu’au Centre de contrôle de Houston, est occupée par les données vitales concernant le vaisseau. Si bien qu’il n’en reste pas suffisamment pour le format standard de vidéo noir et blanc de l’époque (525 lignes numérisées à 30 images/seconde en 4,5 MHz). Alors est mis au point un format moins gourmand (320 lignes en 500 KHz). À charge pour les stations de réception sur Terre de convertir ce signal pour qu’il puisse être exploité par les télés, puis de le rediriger vers le Centre de contrôle, qui en assurera ensuite l’envoi aux chaînes du monde entier. Afin que la retransmission puisse s’opérer en direct, la réception sur Terre s’effectue depuis plusieurs stations situées sur trois continents : deux en Australie, une en Californie et une en Europe. Avec un tel dispositif, source de tant d’incertitudes techniques, Stan Lebar ne peut que retenir son souffle et prier ardemment pour que tout se passe comme prévu…

Une bouillie d’image
À 22 h. 54, Stan Lebar respire enfin : l’image de Neil Armstrong sur le seuil de la capsule spatiale apparaît bien sur les écrans de Houston. «Quand j’ai su que la caméra fonctionnait, l’exaltation fut totale !», se souvient-il. Le feu vert est dès lors envoyé à l’astronaute, qui peut entamer la descente par l’échelle vers la surface de la Lune. Arrivé au dernier échelon, il tend la jambe dans l’espoir de sentir le sol sous son pied, mais il est encore trop haut. Il doit donc sauter, ce qu’il fait, non sans s’être assuré qu’il serait capable d’ensuite remonter. Ça y est, Armstrong est sur la lune ! Il prononce alors sa célèbre phrase : «c’est un ABC_Australia_First_Steppetit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité.» Au Centre de contrôle, les bouchons de champagne sautent dans la liesse générale. La joie de Lebar, scrutant son écran, est pourtant éphémère : même s’il se doutait que la qualité de l’image serait inférieure au format vidéo habituel, il ne s’attendait pas à ce que l’astronaute gambadant avec légèreté – son poids réduit à 25 kilos ! – au-dessus des cratères de la mer de la Tranquillité ressemble ainsi à une vague forme grisâtre et parfaitement floue. «Nous savions à quoi l’image était censée ressembler, confie-t-il, et certainement pas à "ça" ! On s’est tous regardé pour se demander : "que se passe-t-il ?"» Il est néanmoins vite rassuré : «autant cette image calamiteuse nous rendait soucieux, autant le public n’avait pas l’air d’en être dérangé. Tout le monde était content de voir le type sur la Lune…» Lebar n’a même jamais vu la transmission brute. Seuls les techniciens des stations de réception l’ont pu. Mais en même temps qu’ils convertissaient le signal pour Houston et les télévisions de la planète, ils ont pris soin de l’enregistrer sur d’énormes bandes magnétiques, promptement envoyées à la NASA pour être conservées en lieu sûr. Lebar, aujourd’hui âgé de 81 ans, n’a appris que récemment pourquoi l’image qu’il a vue ce soir-là ressemblait à de la bouillie : le transfert, la conversion et l’émission des images les avaient dégradées comme une photocopie de photocopie de photocopie ! «Ce que le monde a vu est une chose abâtardie, la postérité mérite mieux», s’indigne-t-il. Avec quelques anciens collègues de l’époque, il conçoit donc le projet de montrer enfin, 38 ans après, les images originales. Mais c’est là qu’intervient l’inconcevable : la NASA a perdu les bandes !

Recherche vidéo d’Apollo, désespérément
Tout commence en 2002, lors du pique-nique annuel qui réunit en Australie, au pied de l’antenne de la station de réception de Honeysuckle Creek, première à recevoir les images de la Lune, les vétérans de la conquête de l’espace. Cette année-là, l’un de ces retraités a emmené avec lui une bande magnétique de 14 pouces, souvenir de l’époque d’Apollo retrouvé au fond de son garage. Tout le monde s’amuse alors d’à quel point la taille en apparaît énorme, à l’ère actuelle de la miniaturisation, avant de s’en lostinspace13retourner vers le barbecue. L’année suivante, un autre participant apporte cette fois une photo d’Armstrong marchant sur la Lune, capturée non pas d’après la version retransmise par les télés, mais directement depuis l’originale, diffusée sur un écran de la station de réception. Chacun est alors saisi en constatant combien l’image est d’une qualité incomparable avec celles que l’on connaissait jusqu’alors. Une deuxième photo, polaroïd celle-ci, est ensuite retrouvée, également de bonne qualité. L’idée naît alors – pourquoi personne n’y a-t-il songé auparavant ? – d’exhumer les bandes originales. Pour cela, nos vétérans s’adressent au seul homme en mesure de les aider, le dernier ingénieur vidéo de la mission Apollo 11 toujours en activité à la NASA, l’homme chargé en lostinspace11969 de la coordination des stations de réception, Dick Nafzger. Ils lui apportent la bande miraculeusement retrouvée dans un garage et il la passe sur un antique appareil analogique de deux mètres de haut, semblant tout droit sorti d’une vieille série de science-fiction et conservé en parfait état de marche. La déception est au rendez-vous : la bande date d’avant Apollo 11 et ne contient aucune image, seulement des sons et autres données de missions antérieures. Mais bonne nouvelle : même enterrée dans un capharnaüm depuis plus de 38 ans, elle demeure parfaitement lisible. Voilà donc nos vétérans plus que jamais motivés pour retrouver les bandes d’Armstrong sur la Lune. Stan Lebar les a rejoints : ce sentiment d’échec ressenti en 1969 face à la qualité médiocre des images le hante et, à la vue des deux photos, il comprend que sa caméra avait en réalité parfaitement fonctionné ! Il entend bien désormais, comme pour se réhabiliter, prouver la valeur de son travail de l’époque. Reste à localiser les 13 000 bandes, d’un quart d’heure chacune, au Centre national d’archives, situé à Suitland, dans l’Etat du Maryland. Facile ? Détrompez-vous. Les documents qui y sont conservés tiennent dans quatre millions de boîtes empilées dans des rayonnages jusqu’à six mètres de haut, sur une surface équivalente à 14 terrains de football : 7 millions 620 000 mètres cubes ! Et personne n’a le moindre commencement d’idée d’où peuvent bien être les bandes de la NASA là-dedans… Ni rien d’autre, d’ailleurs : les archives fédérales s’entassent sans code-barre ni trace informatique du détail de ce qu’elles abritent. Autrement dit, on y stocke, dans des conditions de conservation plus qu’aléatoires (les contenus de certaines boîtes pourrissent, d’autres tombent en poussière), des documents par millions sans aucune possibilité de les retrouver ! En outre, du côté de l’agence spatiale américaine, tout le monde s’en fiche, à vrai dire. Jusqu’à ce que des fuites dans la presse obligent les autorités à reconnaître, le 15 août dernier, que les bandes ont bel et bien été égarées, et qu’on les cherche depuis un an et demi ! L’affaire, rendue publique, s’avère si embarrassante que la NASA a chargé officiellement six personnes (dont Nafzger et Lebar) de les retrouver, et avance qu’elles le seront d’ici six mois. Pronostic optimiste : rien ne prouve qu’elles n’aient pas été détruites ou effacées pour enregistrer autre chose à la place, comme il était courant de le faire à l’époque. Le témoignage original de l’événement le plus important du vingtième siècle serait alors irrémédiablement perdu.

Article à paraître dans le magazine Playboy, d’après l’enquête publiée dans Wired.

Et si l’Homme n’était jamais allé sur la Lune ?
46688La mission Apollo 11 a échoué ! Pour éviter de perdre la face, dans le contexte de la guerre froide et la course vers l’espace engagée avec les Soviétiques, les Américains ont demandé au cinéaste Stanley Kubrick de filmer en studio les fameuses scènes qui voient les astronautes marcher sur la Lune. C’est ce que démontre le réalisateur William Karel dans son documentaire de 2002, Opération Lune, avec force témoignages dont ceux de la veuve Kubrick, d’Henry Kissinger, de Donald Rumsfeld et même de l’ancien d’Apollo, Buzz Aldrin lui-même ! Incroyable mais… faux : ce que Karel appelle joliment son "documenteur" mêle images d’archives détournées, interventions d’acteurs et bribes d’interviews de personnages réels, habiles montages de réponses obtenues à la suite de questions très vagues. Pour un résultat si convaincant qu’on jurerait l’existence du complot. Du reste, certains "conspirationnistes" continuent de prétendre que l’Homme n’a jamais mis le pied sur la Lune, alignant de soi-disant preuves en réalité réfutées par toute la communauté scientifique. Lire à ce sujet la fiche de Wikipédia Accusation de canular du programme Apollo.

Posté par Olivier Bonnet à 18:30 - Insolite - Commentaires [21] - Permalien [#]

Commentaires

    "les archives c'est chiant : qui voudrait être archiviste ?"

    Ce n'est pas vrai. C'est un métier fantastique que je fais depuis 20 ans et qui me réjouit tous les jours. Venez donc z'y voir : je ne connais
    personne qui y résiste.

    On fait une magnifique école pour ça, l'Ecole des chartes : http://www.enc.sorbonne.fr (trop belle et trop intéressante, sans doute, l'Etat souhaite la supprimer pour produire de petits énarques de la culture ...).
    Il y a aussi des formations universitaires en archivistique.

    La NASA n'a pas fait que perdre les images, elle a aussi perdu les calculs de tirs de ses vols spatiaux (le contenu de ses ordinateurs). C'est sans doute pour ça que maintenant, elle vient la bouche en coeur nous donner des leçons de conservation des archives électroniques : il n'y a pas de pire moraliste que le criminel ..... Ce qui est décrit dans l'article, c'est du stockage de merde telle que savent l' "organiser" des "penseurs" qui estiment que "les archives c'est chiant" (bref, des feignants et des ignorants), et non de la gestion professionnelle d'archives par des archivistes, pas par des zozos qui s'improvisent archivistes parce qu'ils sont bibliothécaires ou vaguement responsable de musée ou "communicants", ou plus ou moins historiens ou garde-meuble ou n'importe quoi ....

    Des archives qui disparaissent, ce sont vos droits à tous qui trinquent, pensez-y bien. Au Kossovo, les Serbes sont commencé par détruire l'état civil et le cadastre de façon systématique dans les communes (ce sont des archives communales). Ensuite, ils ont tué les gens. Enfin, ils ont prétendu qu'il n'y avait pas d'albanais au Kosovo.

    Les juifs du guetto de Varsovie ont enterré leurs archives, sachant qu'ils allaient tous mourir, pour qu'elles au moins survivent et témoignent d'eux.

    Archiviste, c'est tout le contraire d'un métier chiant, justement ..... C'est directement en prise avc la vie et avec la société dans tous leurs contrastes. C'est être du côté de la lutte, de la trnsmission et de la réflexion historique sur le passé et sur le présent : les archivistes se méfient tous de la "mémoire" ; ils savent que c'est un autre nom de la propagande et abhorrent l'endoctrinement. Chiant ? Ah non, alors !!!! V'nez z'y voir, j'vous dis !

    Posté par Isabelle, 31 octobre 2007 à 19:10
  • Et puis , on n'a besoin ni de code-barre ni de trace informatique pour s'orienter dans des archives bien gérées : c'est une réflexion typique d'américain qui ne sait pas ce que c'est que l'archivistique et qui n'imagine pas qu'on puisse vivre sans prothèse.

    Posté par Isabelle, 31 octobre 2007 à 19:15
  • Bravo Isabelle !

    Posté par Olivier B., 31 octobre 2007 à 19:56
  • sur la lune

    J'ai suivi un cd hier. et je conclus que les américains n'ont jalais mis pieds sur la lune

    Posté par AZIZ, 07 novembre 2007 à 16:18
  • L'alunissage est bel et bien une farce

    Un petit message pour dire à tous que ce que j'ai lu concernant l'archivage est très intéressant. La nasa se serait désintéressé complètement de l'archivage. Et si il y avait une autre raison??

    J'ai moi-même mené une enquête à partir de la totalité des photos diffusées librement. J'ai également consulté le peu de vidéos qui sont encore disponibles, ceci par bribes.

    Je suis désolé, mais la conclusion est sans appel : Apollo 11, 12, 14, 15, 16, et 17 sont des farces. Ces missions n'ont pas permis à des astronautes d'aller sur la Lune. C'est très clair.

    Il semble très clair aussi que personne ne peut actuellement quitter la planète avec la technologie actuelle. Nous n'avons, en effet, aucun matériaux capable d'arrêter les radiations du soleil qui sont considérables. Sur Terre, nous sommes protégés de la plupart des rayonnements par la couche atmosphérique et par la ceinture magnétique qui nous protège des "vents solaires", en quittant la Terre, impossible de survivre. En revenant sur Terre, les astronautes auraient du être mortellement atteints de cancers multiples.



    Il est déconcertant de voir que tant de gens sont heurtés par la vérité et si peu par le mensonge.
    Oscar Wilde

    BolT1024

    Posté par BolT1024, 13 juin 2008 à 00:10
  • Lien alunissage

    Une petite précision.

    Voici un lien vers l'article que j'ai fait retraçant une toute partie de mon enquête:

    http://bolt1024.over-blog.com/article-19156354.html


    BolT1024

    Posté par BolT1024, 13 juin 2008 à 00:14
  • Vous êtes tous trop crédules

    Alors si l'on ne peut pas quitter la terre, cela signifie que la station mir est également une supercherie. Je te félicite Bolt1024 pour tes recherches qui ont dû te prendre un temps fou.

    Pour revenir à cette histoire de Lune, un argument démontre la véracité de cette expédition: "Si cela était vraiment une supercherie, pensez vous que les Soviétiques, qui du coup se sont faits humilier devant toute la planète, ne l'auraient pas dénoncée?"

    Enfin je vous propose de liens décrédibilisant tous les arguments avançant une supercherie.
    _http://fr.wikipedia.org/wiki/Accusation_de_canular_relative_au_programme_Apollo
    _http://www.ufologie.net/htm/moonhoaxf.htm

    Posté par Manouche, 06 avril 2009 à 00:27
  • Heureusement que les américains ont des personnes comme vous pour croire à leurs histoires. Non mais il est très clair que les américains et qui que se soit d'autres n'ont jamais mis les pieds sur la Lune. En tout cas, il est tout à fait possible que ce soit un mensonge et beaucoup de raisons peuvent être à l'origine de cela.

    Je n'ai qu'une question, pour quelle raison l'homme n'a jamais remis le pied sur la Lune après 1972 ?

    Posté par clemlall, 20 juillet 2009 à 13:57
  • Peut-être à cause du coût faramineux, non ?
    Sinon, ce blog n'est plus alimenté et la nouvelle adresse est http://plumedepresse.com/

    Posté par Olivier Bonnet, 20 juillet 2009 à 14:04
  • encore...

    encore un article bidon, avec du Bolt1024 qui affirme encore les mêmes choses sans prendre de recul.... et une bonne dose d'anti américanisme primaire... pff... décevant

    Posté par jean luc, 12 novembre 2010 à 20:59
  • jais une question a poser dacor vou dite que l homme na jamais mi le pier sur la lune en 1969 mai si il avait vraiment mis le pier sur la lune et qu il avait détecter quelque chose sur leur radar son lir oc un archive je dis qu il ont u une mission et quil ne l on pas filmer quelle est cette chose ?

    Posté par jon, 05 juin 2012 à 00:20
  • olivier

    la lune vous a aussi inspiré olivier )
    copieur

    Posté par lesyeux, 29 janvier 2007 à 20:37
  • @Olivier

    Ca te fait pas réfléchir sur les élucubrations autour du 11 septembre. Plus c'est gros plus ça fait fantasmer, c'est rigolo...

    Posté par Jihème, 30 janvier 2007 à 12:00
  • la lune c'est le reve

    ça y est j'ai lu votre long article
    (vs travaillez bien..)
    de toutes façons après avoir lu tintin sur la lune, et meme si c'est une hallucination collective, on veut bien y croire, ça fait déjà parti de notre histoire
    on réussit à nous faire croire à tant d'autres choses.....

    Posté par lesyeux, 30 janvier 2007 à 16:16
  • Les archives

    Vraiment un bel article, Bravo Olivier !

    Mais vous savez, les archives c'est pas facile.

    Chez nous, la Révolution en a cramé pas mal...
    Et puis la Commune, aussi à Paris, de belles archives financières : en fumée !

    Alors maintenant, on fait gaffe, on a les Archives de France, la BNF, l'INA ...

    Les américains, ils n'ont pas connu tout ça, ils apprennent, et puis avec ces nouvelles techniques, les outils informatiques s'obsolètisent : on garde les bandes, ou les disques, mais il faut garder aussi les appareils qui servent à les lire ! Et si un appareil qui sert à les lire tombe en panne : y a plus de pièces pour le réparer, non, vraiment pas facile tout ça !

    Et puis les archives c'est chiant : qui voudrait être archiviste ?

    Alors des fois il y a des trous dans la mémoire collective...

    Posté par alberto, 30 janvier 2007 à 17:21
  • Sur

    que si ils font comme ça avec toutes leurs archives, sont obligés de recommencer les mêmes conneries..Le rayon "guerre du Vietnam" a du s'écrouler quelque part ..du coup.On connait la suite !!

    Posté par Ka, 30 janvier 2007 à 20:19
  • Archivage

    Les archives, c'est pas que c'est chiant y en a qui aiment cela, mais c'est surtout que ça coûte très cher !!! Maintenant on peut informatiser des bandes vidéo à un prix fou mais avant cela il fallait qu'elles soient conservées à la bonne température et c'est rarement le cas Donc on va, si on a les sous, informatiser, pour archiver, des bandes détériorées par la chaleur…

    Posté par Fajua, 30 janvier 2007 à 21:01
  • @ Jihème

    Sauf que celles-là, d'élucubrations, n'ont pas été relayées ni argumentées. Le temps au temps disait Mitterrand…

    Posté par Fajua, 30 janvier 2007 à 21:18
  • Le club le plus fermé du monde

    intéressant ton article.

    N'empêche!

    Le club le plus fermé du monde, c'est bien celui des hommes qui ont marché sur la lune.

    Il ne sont que douze, dont deux sont déjà décédés.
    voir là : http://www.echolalie.org/wiki/index.php?ListeDesHommesQuiSontAllesSurLaLune

    A mon avis les prochains membres, si jamais i y en a, devraient être des chinois. On verrra bien.

    Zgur

    Posté par Zgur, 31 janvier 2007 à 13:19
  • Le passé et recherche de copain

    Je trouve que c'est bien de mettre des choses sur notre passé sa nous apprend des choses. J e recherche un copain entre11et14 ans si vous etre intéréseé envoyé moi un msn dans l'adresse suivante: nounou97139@hotmail.fr
    Je m'apelle Bordelais Laurine.
    Bisous

    Posté par Bordelais, 10 février 2007 à 20:10
  • Trop mignon !

    Posté par Olivier Bonnet, 10 février 2007 à 20:44

Poster un commentaire