Plume de presse

Le blog sabre-au-clair d'un journaliste engagé

26 juin 2007

Le pantalon le plus cher du monde

custom_cleanerspantalonUn beau jour de mai 2005, Roy Pearson, de son état juge administratif du District de Columbia, va porter à nettoyer plusieurs costumes au pressing Custom Cleaners. Quarante-huit heures plus tard, lorsqu'il va chercher ses vêtements, l'employé ne retrouve pas l'un des pantalons. Il demande alors à être remboursé du prix d'achat du costume, à savoir 1000 dollars - pas donné -, mais le pressing refuse. Une semaine après, le magasin l'appelle pour l'informer que son pantalon a été retrouvé mais, lorsqu'il vient le récupérer, il a la mauvaise surprise de s'apercevoir qu'il ne s'agit pas du sien. Il décide alors d'attaquer en justice et demande d'abord 67 millions de dollars de dommages et intérêts, avant de se raviser et de réduire ses exigences... à 54 millions (40 millions d'euros) ! De très loin le pantalon le plus cher du monde... Pearson incrimine les inscriptions publicitaires de la vitrine du pressing, depuis retirées, qui stipulent "satisfaction garantie" et "one day service" (restitué le jour même). Le verdict a été rendu hier et le juge a été débouté. Evidemment, la demande était si disproportionnée qu'on ne peut qu'applaudir à son rejet : il est temps de mettre un terme à ces procès grotesques qui voient les citoyens américains réclamer des millions pour un oui ou un non. D'accord donc pour condamner les poursuites abusives.
marteau_de_jugeMais comme les choses sont rarement blanches ou noires, il faut souligner que les attendus du jugement déboutant le plaignant sont proprement scandaleux. Il est d'abord reproché à Pearson de ne pas avoir apporté la preuve que le pantalon qu'on voulait lui rendre ne lui appartenait pas. C'est pourtant improuvable ! Ensuite, les mentions garantissant la satisfaction et le délai d'une journée ont été jugées comme n'obligeant pas le commerçant à satisfaire des "demandes déraisonnables". Or les mots ont un sens et le client d'un pressing à qui l'on garantit la satisfaction est en droit de réclamer que son pantalon soit correctement nettoyé. Et a fortiori qu'on le lui rende ! On ne voit pas ici en quoi cette exigence serait déraisonnable. Au final, cette affaire donne une image désastreuse du système judiciaire américain, où un plaignant avide, qui n'est en outre pas un quidam mais un magistrat, se croit autorisé à réclamer des sommes exorbitantes, dépassant l'entendement, et où la décision qui le déboute, légitimement, avance pour ce faire des arguments constitutifs d'un déni de justice. Un verdict équilibré aurait dû permettre à Pearson de se voir au moins remboursé le prix de son costume. Aujourd'hui, le pressing a lancé une procédure pour lui réclamer le remboursement des frais d'avocats, qui s'élèvent à plusieurs milliers de dollars. Bon, c'est vrai aussi que ça lui fera les pieds.

Posté par Olivier Bonnet à 12:05 - Insolite - Commentaires [15] - Permalien [#]

Commentaires

    Hoax ou pas hoax?

    "Au final, cette affaire donne une image désastreuse du système judiciaire américain, où un plaignant avide..."

    Cette histoire en particulier est peut-être vraie, mais se méfier de ce qu'on raconte à propos des procès faramineux en Amérique...


    http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/hoax.php?idArticle=53081

    .

    Posté par zozo, 26 juin 2007 à 12:43
  • Celle-ci est vraie : je ne me suis pas contenté de la dépêche française mais suis allé collecter des sources américaines.

    Posté par Olivier B., 26 juin 2007 à 12:45
  • Et finalement...

    Il est où, le pantalon ?

    Posté par Mimich, 26 juin 2007 à 13:41
  • Recel

    "Et finalement... Il est où, le pantalon ?"

    C'est moi qui l'ai !
    Je pensais le mettre aux enchères sur Ebay, mais puisqu'il a l'air de tant t'intéresser, Mimich, si vraiment tu y tiens il est à toi pour 64 millions de dollars...

    Posté par Clarence, 26 juin 2007 à 13:49
  • Petites culottes

    Tiens !, puisque'on parle fringues (?) ...

    Suis-je le seul qui, quand il passe du billet du jour d'Olivier aux commentaires, voit s'ouvrir un pop-up faisant de la pub pour de la lingerie sexy ?
    Olivier, est-ce bien raisonnable ?

    Posté par Clarence, 26 juin 2007 à 13:52
  • "Il aurait dû apporter la preuve que ce pantalon n'était pas à lui" :
    Même nettoyé, on doit retrouver des traces d'ADN, quand même. Vu le prix qu'il réclamait, ça valait peut-être le coup de faire la recherche...
    J'en connais un qui l'a fait pour un vol de scooter.

    Posté par zab, 26 juin 2007 à 14:24
  • @ Clarence

    Non, tu n'es pas le seul !

    Posté par Flo Py, 26 juin 2007 à 15:05
  • excuses @Olivier

    La fatigue surement...J'aurais du dire: je ne doute pas que cette histoire là soit vraie, mais etc.

    Promis, j'l'refrais plus!

    Posté par zozo, 26 juin 2007 à 15:26
  • un tout petit bémol

    Absolument d'accord pour dire que le système judiciaire américain apparaît, en particulier pour des européens, complètement délirant.

    On en a déjà eu de multiples exemples (souvenez-vous par exemple de l'acquittement de O.J. Simson ( http://fr.wikipedia.org/wiki/O._J._Simpson ) au terme d'un procès mené dans des conditions abracadabrantesques, mais néanmoins condamné à indemniser la famille de la victime d'un crime dont la justice venait de dire qu'il ne l'avait pas commis...

    Pourtant, il faut tenir compte des différences de fondement du droit anglo-saxon par rapport au nôtre.

    En particulier, dans leur système, les dommages-intérêts ont un caractère punitif, alors qu'au contraire dans notre tradition juridique ils ne doivent viser qu'à rétablir autant que faire se peut la situation des personnes préjudiciées (statu quo ante) mais ne peut en aucun cas leur permettre de s'enrichir.

    Les deux systèmes conduisent à des aberrations. Dans le nôtre, la très faible indemnisation accordée en général par exemple pour la perte d'un enfant est un scandale qui - quoique moins comique, j'en conviens - me semble plus grave que l'histoire folklorique du pantalon à 54 millions de dollars.

    Posté par Luc, 26 juin 2007 à 15:44
  • Pop up "Nuit sexy"

    Chez moi, ça ne le fait plus. Je croyais donc que c'était fini pour tout le monde. J'attribuais même à ce pop up le ralentissement du site que j'avais observé et que des commentateurs avaient signalé.
    Je ne puis évidemment faire quoi que ce soit à ce sujet.

    Posté par Olivier B., 26 juin 2007 à 16:52
  • Du progrès irrépressible de la connerie humaine

    Sans contexte, les Stanusies sont bien la capitale mondiale de la connerie humaine!! sinistrement drôôôôle

    Posté par Jean Baudry-Hart, 26 juin 2007 à 17:23
  • Heu, dans le contexte, personne ne conteste, mais les yankees n'ont certainement pas ce monopole, hélas.

    Posté par zozo, 26 juin 2007 à 18:11
  • Rends-moi mes culottes!

    Et surtout, surtout, pour le pop up, ne change rien!

    Posté par Fleuryval, 26 juin 2007 à 19:38
  • C'est pas qu'il m'intéresse tellement ce pantalon, mais il y a eu un procès tout de même...
    Ils ont pas cherché à savoir où il était passé ce p..... de futal ?!?

    Posté par Mimich, 27 juin 2007 à 14:04
  • ... on l'aurait vu fuir à toutes jambes, jaloux de la robe de soie dont son ex propriétaire s'affuble pour des choses sérieuses et élémentaires comme les annonce de condamnations à la peine capitale.

    On ne comprendra jamais la détresse de ces pantalons destinés simplement à recevoir des résidus de dîner alors que les robes ont l'insigne honneur de planquer les érections causées par des annonces capables, en quelques secondes, de supprimer une vie.

    Posté par Claudius, 30 juin 2007 à 17:21

Poster un commentaire